Le mot de la présidente

Table du mois de l'histoire des Noirs.

Au Québec, une loi de l’Assemblée nationale adoptée le 23 novembre 2006 fait du mois de février le Mois de l’Histoire des Noirs. Par cet acte symbolique, le gouvernement du Québec entendait ainsi souligner l’apport des citoyennes et des citoyens des communautés noires, mais désirait également reconnaître officiellement l’importance de cet événement annuel pour l’ensemble de la société québécoise. Malheureusement, fort est de constater que le chemin à parcourir est encore long malgré la multiplicité des événements de sensibilisation.

En effet, l’année 2020 a été une année mouvementée. Madame Corona a bouleversé la santé publique, la mort violente de George Floyd et la mort de Joyce Echaquan ont suscité un réveil et un mouvement pour l’équité. Les évenements nous ont ouvert les yeux sur l’évidence de l’existence du racisme systémique en Amérique du Nord. Ces défis ne doivent pas être seulement l’apanage des communautés concernées mais ils concernent tout le monde.

Le Vivre ensemble, la découverte mutuelle, le dialogue et la sensibilisation à la réalité de l’autre prennent tout leur sens. Cette année, la Table de concertation a décidé de donner l’opportunité aux jeunes de s’exprimer à travers le mois de février 2021. Ils sont présents avec leurs convictions et leur vision mais ils sont peu entendus. Le thème du mois que nous avons choisi est:

Leadership des afrodescendants et engagement citoyen : jeunesse et développement durable

Il est temps pour nous d’intégrer les jeunes de nos communautés dans les sphères décisionnels car ils sont l’avenir du pays. Soutenons-les pour développer leur propre pouvoir décisionnel, qui leur donnera leur pouvoir d’agir, sur lequel leur pouvoir économique sera bâti. Aussi, laissons-leur alors un milieu de vie qui préconise le respect des personnes, le respect de l’environnement, l’équité et l’égalité des races.

Nous vous invitons alors à vous connecter pour contribuer à ce mois riche de sens pour toutes et tous sans distinction.

« On ne peut pas peindre du blanc sur du blanc, du noir sur du noir, chacun a besoin de l’autre pour se révéler ». Proverbe africain

Lysiane Randria